Category Archives: Les petits cailloux du chemin

Et parfois on tourne sur soi-même

C’était comme un aller retour qu’on aurait déjà fait plusieurs fois. A chaque fois, connaissant mieux le chemin, nous allions plus vite. Cette vitesse nous grisait, nous stimulait.

Cela auraiIMG_20210101_012308t pu continuer toujours, si toujours était un concept. Mais toujours est un mot sans contour et c’est tant mieux, car c’est bonnes heures que ces heures à tourner sur soi-même, en tutu rose, sur des pointes homologuées par nos services de sécurité. Oui c’est bonnes heures que changer l’attraction des pôles, mettre la neige à l’envers, boire une bière fraiche avec son frigidaire -mais oui une bière, il y reste quelques unes dans les stocks stratégiques.

En définitive, ce n’est pas une grande affaire que de bafouiller, devant un cerf qui vient goûter les choux rabougris du jardin, qu’on fera mieux l’année prochaine.

Une Folia, (Follia en italien) ou Folie d’Espagne, danse apparue au XVe siècle au Portugal et thème musical repris par d’innombrables musiciens. Ici dans un superbe duo accordéon-guitare (Jean-Louis Matinier / Itamar Erez) :

La Folia Jean-Louis Matinier & Itamar Erez

Pas toujours

Plage (2)« L’homme n’est pas toujours un lieu triste. » *

Certains diront : « on n’était pas en prison, mais… »

Dans les geôles de verre les oiseaux ont survécu. De même que certaines espèces rares d’échinacéas, c’est pour dire. Mais les cages sont des lieux tristes et l’homme n’a rien à y faire. Sauf à n’y rien faire.

2021, année de passages à niveaux multiples enroulés dans la brume, où chaque présence sera un phare brillant, nécessaire, inoubliable.

 * Au coin du feu (extrait), Eugenio De Andrade, « L’autre nom de la terre« , poèmes. Ed de la différence, 1990, p.47.

Hier, retour de balade

DSC_0186Hier, en revenant d’une balade le long de la mer, je me suis assise à la terrasse d’un café à côté de deux hommes qui m’ont tout de suite plu : ils parlaient de musique. Il n’a pas été difficile de rentrer dans leur discussion. J’ai eu quelque chose à dire à un moment opportun. Les deux hommes m’ont regardée et répondu.
Nous avons bavardé longtemps. Les bières étaient fraiches, l’air encore chaud, les corps détendus, les regards présents. C’était le temps des maris. Les maris ont fait de moi leur amie, et dans le ciel assombri par le soir s’installant, les cormorans répétaient à l’envie qu’il aurait pu ne pas en être ainsi.

Météo des plages du samedi 29 septembre 2020

 

Tagged

Que s’est-il passé l’année dernière?

P1020301Les jours passent si vite assis dans un fauteuil à regarder de loin les mots collés sur le frigidaire. Je suis lascivement installée dans un fauteuil douillet, le bras télescopique du frigo se déplie pour me tendre une bière, le pauvre chéri se sent bien seul depuis qu’il ne peut plus sortir, allons, faisons un geste et trinquons avec lui.

Je ne suis pas certaine que la compagnie d’un frigidaire ancien modèle me permette de développer ma notion du temps, quand je lui demande l’heure il répond que ça ne me regarde pas. Que dois-je comprendre?

Certes je n’ai pas construit de mausolée à mes années passées. C’est que la concession se négocie sec par ici. Et que j’ai perdu tout sens de l’acharnement. Mais quand même, j’aimerais bien qu’on réponde à mes questions.

Il faut dire qu’il n’y a pas eu d’évènement très important dans ma vie. J’ai bien acheté un carnet de note que j’avais bon espoir de noircir jusqu’à la trame. Mais il est posé sur l’accoudoir de mon fauteuil, pages totalement vierges.

Mon fauteuil est rouge, vous l’ai-je dit? Et le carnet imitation sépia vieilli (imitation complètement ratée). Le frigo est blanc. Couvert de notes et de messages, de phrases sans queue ni tête, de divagations scripturales, de peinture des cavernes. La bière est blanche elle aussi, et froide cela va de soi. Quand je trinque avec le bras mécanique du frigo, elle s’émoustille.

Avez-vous déjà bu une bière fraîche dans un fauteuil rouge, en compagnie d’un frigidaire volant à un carnet sépia les mots qui devraient s’y trouver?

En tout cas, j’ai pensé qu’il serait plus sage de ne pas intervenir dans leur petite querelle.

Tagged

La glycine et l’expert

« Le problème avec les experts, c’est qu’ils n’ont aucune idée de ce qu’ils ignorent. »¹

La glycine est experte en enchantement du P1100202printemps.
Son absence de compassion devant nous, pauvres humains confinés, est affligeante.

 

 

¹Nassim Nicholas Taleb, citation extraite du Monde diplomatique, avril 2020, p.21

Météo de ce lundi 6 avril dans le sud de la France

Tagged

2020 : en compagnie des petites âmes

P1080686Des vœux pour 2020. Dans les Açores on appelle « alminhas » ou petites âmes, les stèles et niches qui abritent une croix, un christ ou une vierge. Ces stèles, qu’on peut trouver à un coin de rue comme au sommet d’une montagne, offrent aux âmes errantes du purgatoire un point de passage vers le repos éternel. Une ouverture directe du visible vers l’invisible, du monde de l’ici vers le monde de l’au-delà, du monde de la chair vers le monde de l’éther. J’aime l’idée de la discontinuité de la surface de la terre, de ces puits profonds par lesquels aller et venir. Autour d’eux volent les petites âmes qui s’attardent dans notre monde, celui des mortels, et conversent avec nous. Ici, on parle tout bas et on apprend tout autant. Sera-t-il question de conflit, de convergence des luttes, de discrimination et de relégation, de degré zéro de la politique, de bêtise, d’armes de destruction massive, de désagrégation et de fin du monde ? Ou d’un nouveau pas de valse à huit temps, orchestré par le bruit de la pluie sur la peau tendue de la terre ?

Pour le savoir, souhaitons nous pour 2020 des oreilles grandes ouvertes sur l’insondable, sur les questions sans réponse, sur la musique et sur la danse, sur le monde dont nous sommes partie prenante et que nous ne connaissons pas, sans oublier bien sûr nos petites âmes, qui parlent en nous et hors de nous.

 Nuidanse, Le bal de l’Éphémère, Album Azuré, 2015

(mais oui, une valse à 8 temps…)

Tagged

Milieu d’été sous la pluie

P1070211Aujourd’hui encore, une référence au temps qu’il fait. Et la pluie du jour qui lave ou délave nos âmes semble le prétexte tout indiqué aux bilans. En septembre 2013, j’avais écrit un article de ce genre, intitulé « Fin d’été sous la pluie »1. En septembre 2013 le monde tremblait devant les appels à la guerre venus de tous pays. Obama était encore président des États Unis, on espérait qu’il le demeurerait, non que sa politique nous fût limpide, mais parce qu’il incarnait une intelligence et un métissage dont nous avions besoin pour croire à l’avenir. Trump est arrivé, la bêtise incarnée, et les foules exaltées qui le portent aux nues ne nous aident pas aujourd’hui à savoir où l’on va.

Ce milieu d’été 2019 sous la pluie ponctue un cycle de canicule éprouvant. Les tournesols se redressent. Dans la ville, je pense en marchant dans mes tongs mouillées qui glissent de mes pieds que les enfants sont des trésors si précieux qu’on ne sait quelle place leur faire dans le monde à venir. Que vivront-ils? Comment? On pourra toujours masquer notre impuissance à envisager leur futur en leur disant qu’il y a des routes plus pures que d’autres, et en les encourageant à les suivre. Ces routes étant celles qui relèguent la bêtise aux confins de la terre, afin qu’elle n’occulte pas les horizons d’espoir que les hommes construisent si bien.

« Le jour où je cesserai de vivre rien de moi ne restera. Je mourrai bien et tout à fait ; mon seul devoir est donc de vivre bien et tout à fait et de donner ainsi le bonheur à ceux qui m’entourent. Une existence à l’image du métier que j’ai choisi. »  Lettre de Maria Casarès à Albert Camus le 25 février 1951 2.

1 http://www.lalignedecoeur.fr/fin-dete-sous-la-pluie/

2 . Albert Camus, Maria Casarès. Correspondance (1944-1959), Collection Blanche, Gallimard, 2017, 1300 p.

Tagged

T 2019

Ça raconte le temps. Ça raconte l’attente. Debout ou assis, à une place fixe tandis que les astres tournent. Ça raconte les hommes et leur volonté de se mouvoir. Ça raconte la peur et les forces extérieures qui nous agissent. Ça raconte la mémoire. Ça raconte le passé et le futur  – c’est à dire accessoirement le présent. Ça raconte que tout ce que nous apprendrons au cours de nos vies ne sera jamais assez pour nous permettre de penser que nous savons quelque chose. Ça raconte donc tout et rien. Ce qui n’est déjà pas tout à fait rien. Surtout quand ça raconte un poème. Celui-ci par exemple :

observatoire de Paris« Quand j’aurais assez de janviers févriers mars assez d’avrils mais juins juillets assez d’aoûts septembres octobres et mon compte de novembres et de décembres

Assez de lundis de mardis assez de mercredis jeudis de vendredis samedis dimanches

Assez de midis et de minuits assez de quatre heures assez d’heures

Mon temps de parole bien passé je m’en irai faire mon silence »            (Valérie Rouzeau, Va où, éd. Le temps qu’il fait, 2002)

Photo : Service international de la rotation de la Terre/ Observatoire de Paris

Pierre Henry. Psyché-rock. Extrait de Messe pour le temps présent, 1969

Tagged , , ,

A l’an nouveau grand vent frais

Lumière hiverIl dit – Quelque chose change…
Elle dit – Quoi donc?
Il dit – Ce matin je n’ai pas trouvé le café…
Elle dit – Oui ?
Il dit – Ni la tasse, ni le sucre, ni la cuiller…
Elle dit – Ah bon ?
Il dit – Je n’ai pas trouvé la table non plus, ni la cuisine, ni la porte de la maison
Elle dit – C’est étrange…
Il dit – Pourquoi tout se met à changer aujourd’hui ?
Elle dit – Ce n’est peut être qu’une disparition passagère…
Il dit – Tu veux dire que tout pourrait revenir ?
Elle dit –Pourquoi pas ?
Il dit – Et en attendant, si je veux boire un café?
Elle dit – Certes ça paraît difficile…
Il dit – Tu crois que ça a quelque chose à voir avec 2018 ?
Elle dit – Non, pourquoi ?
Il dit – Pour rien, pour rien…

Si nous savions vers quoi nous mène notre vie, nous ne conjurerions pas l’avenir par des vœux répétés chaque année, nous resterions rationnels et mesurés. Mais l’impermanence est la matrice de notre existence. Et si, en 2018, pour s’en prémunir, nous apprenions à lire l’avenir dans le marc de café ? Chaque jour, voire deux fois par jour, vous pourriez interroger votre destinée, et vous y préparer de pied ferme.
Je vous livre la recette. Elle vient du Moyen Orient.
Dans une petite cafetière orientale, mettez de l’eau, du sucre et du café moulu très fin. Faites monter en température très doucement, jusqu’à faire bouillir le café pendant une minute. Arrêtez le feu, et versez le tout dans le nombre de tasses adéquat, en répartissant la mousse formée pendant l’ébullition. Laissez reposer votre café pour laisser le marc se déposer. Ne mélangez surtout pas ! Buvez votre café en laissant le fond (sous peine de boire le marc), retournez la tasse sur la soucoupe et attendez quelques minutes. Regardez alors les dessins formés sur les parois de la tasse : votre avenir est là ! Chaque forme vous adresse un message. En voici quelques clefs. Des lignes horizontales et des stries vous indiquent un blocage, une ligne parallèle au bord de la tasse un voyage, une bulle ou un canard une rentrée d’argent, un escargot un déménagement, un oiseau une nouvelle, une cigogne une naissance, une colombe une rencontre sentimentale, un aigle un message de triomphe (alors pour s’y retrouver un peu, sachez qu’une cigogne a un long bec, une colombe est petite et a un bec court, un aigle est gros et a des serres puissantes). Un chien et ce sera la fidélité, tandis qu’un chat, c’est bien connu, la trahison. Un serpent indique une maladie, des ciseaux une rupture, un bateau un voyage par mer et un avion un voyage par les airs, un anneau un mariage, un bouquet de fleurs la réalisation d’un vœu, un fer à cheval de la chance en argent, un cœur une rencontre amoureuse, mais attention s’il est blanc c’est un amour passé (oui le passé s’invite aussi dans le fond de la tasse).

Si vous avez une volière dans votre tasse, c’est jackpot : une nouvelle, une naissance, une rencontre et un grand succès !
Si vous avez un avion et un bateau et que vous projetez de traverser l’atlantique, peut-être commencerez vous le voyage à la rame, avant d’être pris en charge par un hydravion secourable. Si vous avez un serpent dans votre tasse, mettez-y un aigle qui mangera le serpent. Si vous avez un anneau et un chat, mettez-y un chien qui coursera le chat. Si vous avez un anneau et des ciseaux, mettez y un bouquet et faites votre choix.
Le marc de café c’est la maîtrise de votre avenir !

Je précise que ça ne marche pas avec le thé. Comme je bois du thé, je m’en tiendrai aux vœux classiques. J’en formule un seul, l’amour de chaque instant par lequel nous grandissons. Un beau défi nietzschéen. A la vie toujours préférer la vie…

Et pour accompagner ce défi, une musique qui invite à prendre la route (vous seuls en savez la destination).

René Aubry, Rasta la vista. Album Refuges, 2011

Tagged , ,

Mai, temps des cerises

cerisiersOn écrira qu’en mai de cette année là il y a eu des luttes, des doutes, des compromis, qu’on a dû faire ce qu’on attendait de nous, voter (pour-contre), s’abstenir (pour-contre), qu’on a dû choisir, non pas à contre cœur mais avec le cœur, en se gardant des calculs et des raisonnements hypothétiques, qu’on a regardé le spectacle orchestré d’un homme gravissant avec une assurance inversement proportionnelle à sa légitimité le podium présidentiel, qu’on n’a pas pu s’empêcher de voir dans la piètre mise en scène dudit spectacle un signe inquiétant de la mandature à venir : images plagiées, hymne lourdement interprété¹, lumière jaune saturée, symboles usés jusqu’à la lie, discours convenu et sans relief dans lequel le silence des absents explose (ne pas avoir l’ouïe trop fine), photo de famille idyllique qui ne dira rien de la part souffrante de la société…

Pendant ce temps, sur d’autres scènes se jouent d’autres histoires. Plus petites, plus complexes. Certes, elles ne forgent pas un discours national. Mais elles construisent les protagonistes de ce discours. Pendant que certains luttent pour le pouvoir, d’autres apprennent à le perdre. Ils apprennent à regarder, à écouter, à accepter, à se laisser toucher, à comprendre qu’une place n’est juste que si elle ne masque personne. Sur la scène d’un théâtre de toile, alors que les platanes centenaires bruissent dans le grand vent, on répète, pour que des mondes  s’écroulent et qu’adviennent ceux dont on rêve. On met en jeu son humanité. Ce don miraculeux qui émeut le public d’un petit théâtre et par là-même nous indique très clairement qu’un discours qui en est exempt n’est que supercherie.

« Imaginez, Ania : votre grand-père, votre arrière grand-père, tous vos ancêtres possédaient des esclaves, ils possédaient des âmes vivantes, et ne sentez-vous pas dans chaque fruit de votre cerisaie, dans chaque feuille, dans chaque tronc, des créatures humaines qui vous regardent, n’entendez-vous donc pas leurs voix ? … Posséder des âmes d’homme – mais cela vous a dégénérés, vous tous, vivants ou morts (…)

Anton Tchekhov, La cerisaie, traduction André Markowicz et Françoise Morvan, Actes Sud, Babel, 2002, p.65

Encore une valse. Jacques Mayoud, Jean-Pierre Yvert, Christofer Bjurström. Album « Nord Sud« , 2001

¹L’hymne à la joie de Beethoven, déjà utilisé le 21 mai 1981 par Mitterrand lors de sa marche au Panthéon. Notons qu’en 1981 l’hymne était interprété en direct par l’Orchestre de Paris, alors qu’en 2017 ne sera diffusé qu’un enregistrement non original, lourd et convenu qui plus est. Payer des musiciens, mais ma chère nous n’en sommes plus là!
http://next.liberation.fr/arts/2017/05/08/macron-choisit-l-hymne-a-la-joie-musique-de-toutes-les-recuperations_1568187

Tagged ,

Plus ou moins 2017 vœux

voeux-2017Le premier contient tous les autres.
Le deuxième s’en échappe.
Le troisième on lui court après.
La vie est une course de fond me direz-vous,
Le quatrième sera donc un vœu d’endurance.

Le premier contient tous les autres sauf trois.
Ceux là nous font courir.
2017 vœux moins trois qui courent toujours,
Souhaitons-nous un deuxième vœu d’endurance.

Le premier contient tous les autres plus le reste.
Ce qui reste c’est ce qui n’a pas été perdu.
Qui nous verra courir après ce qu’on ne peut perdre ?

Le premier c’est le tout.
Ce tout on l’appellera pour un temps « 2017 ».
Ce tout va-t-il nous faire courir ?

Le tout contient le reste.
Le reste ne peut être perdu.
« 2017 » est ce qui reste.

Vous l’avez compris, l’année 2017 sera politique!

 

Pour commencer en douceur et sérénité, une petite perle du musicien turc Ömer Faruk Tekbilek.
« Last moments of love ». Extrait de l’album Crescent moon, 1998

 

Tagged ,

Une fin d’été

dsc04216

Les souvenirs tournent autour du monde, ils ne peuvent s’empêcher de tourner, tandis que nous, pauvres humains, nous déboitons le cou à les suivre des yeux.  Nous garderons les meilleurs, nous l’avons promis. Car la fête aurait pu être belle si elle l’avait été pour tous. L’été rassemble et disperse à la fois. Que restera-t-il de ses heures suspendues ? Les vivants le seront sans doute encore, une fois l’équinoxe passée. Un peu changés, un peu ébranlés, chargés comme ils le seront de nouvelles photos souvenirs. Dans nos yeux passent des albums aux pages ouvertes. Ils racontent, ils omettent, ils colorent ou décolorent. L’été 2016 aura été comme ceci, ou plutôt comme cela. Nous aurons aimé, nous aurons pleuré, nous aurons cru, nous aurons maudit, puis nous serons finalement rentrés chez nous, comme si de rien n’était. Comme si ce rien ne gardait pas toutes nos traces en mémoire. Comme si chez nous ne nous attendait pas un château de souvenirs. Comme si les derniers en date n’avaient déjà pris place sur son rempart crénelé et ne nous observaient pas du coin de l’œil, prêts à nous assaillir à la première occasion. Nous bruissons et tintons de souvenirs, de vrais juke-boxes, ça oui ! Alors comment ne pas se rappeler ?

 Pourquoi tout retourne-t-il à la mer
Sans même le vouloir ?
C’est pour nous, mon amour.
Pourquoi tout s’en va-t-il un jour,
— Ce qui embrasait nos lèvres
Jusqu’à nous anéantir ?
Tout est fleuve qui s’écoule
Et ce qui meurt en nous
Renaît ailleurs, mon amour.

 João Monge. Paixões diagonais

Traduit du portugais par L. & L. https://jepleuresansraison.com/2016/07/19/jusqua-nous-aneantir/

Tagged , , ,

Pour 2016, que vais-je vous souhaiter?

Question difficile par les temps qui courent, j’y ai donc longuement réfléchi:

Feuilles et fleursdu vent dans les arbres (pour le bruit des feuilles)
des mots pour dire non
des mots pour dire oui
des fraises dans vos pêches melba
des arcs en ciel (da
ns votre ciel)
des poissons-chats volants
des soucoupes en état de marche
des fleurs de lys fanées
des fanes de radis pour la soupe
des pommes de terre nouvelles (toujours pour la soupe)
des nouvelles de moi

(- euh… je continue?
– non, je crois que ça suffit comme ça.
– vraiment?
– oui, vraiment.

 – dommage, je m’amusais bien.
– oui mais ça suffit quand même.
– bon, euh, et bien… la sortie c’est la grande porte ou la petite porte?
– passe sous le tapis c’est plus court.)

Pour résumer, que le monde merveilleux soit avec vous!

« Il est un ciel de satin au cœur de la tempête
et, tout près du seuil d’un paysage proscrit,
des châteaux de feu ouverts sur la mer, des tours de fête. »
Maria-Mercè Marçal, Sorcière en deuil

Tagged ,

Vent froid, trop froid

HTV/lalignedecoeur.frJ’ai déjà vu ce printemps là. Venteux, froid, désagréable. Même le feu rallumé dans le poêle ne fait pas oublier le manque de soleil. Manque indéniable de vitamine D. Besoin d’une dose, vite, pour me refaire une carapace. Une belle carapace de chair brune, imperméable à ceux qui n’ont ni parole ni regard, ni rien à trimballer dans leur boite crânienne, non pas même du vide, je le sais je l’ai vu.

Un printemps, ça avait déjà été comme ça. Temps pourri. Cerises moisissant sur l’arbre. Tomates recroquevillées sur elles-mêmes. Puis il y a eu un été, je m’en rappelle. Mais il n’est pas revenu l’année suivante. Ce n’est pourtant pas faute de l’avoir attendu. Qu’en sera-t-il cette fois ci? Si au moins le vent pouvait faire le ménage, c’est trop demander? J’ai quelques noms à donner, si besoin. Juste pour rendre service. Je me sens une âme de balayeuse ce soir. Bon voyage messieurs dames, c’est par ici la sortie, si vous voulez bien vous donner la peine de dégager du pas de ma porte. Merci. – Mais je vous en prie, tout le plaisir est pour moi.

Météo de ce 21 mai dans le sud de la France.

Tagged

La vie exige le coeur

La vie répond — ce n’est pas vain
on peut agirChat/lalignedecoeur.fr
contre — pour
La vie exige
le mouvement
La vie c’est le cours du sang
le sang ne s’arrête pas de courir dans les veines
je ne peux pas m’arrêter de vivre
d’aimer les êtres humains
comme j’aime les plantes
de voir dans les regards une réponse ou un appel
de sonder les regards comme un scaphandre
mais rester là
entre la vie et la mort
à disséquer des idées
épiloguer sur le désespoir
Non
ou tout de suite : le revolver

(…)

Laure « Écrits, fragments, lettres » 10-18, 1978

« Quand on n’a plus le choix il nous reste le cœur »
Noir désir. A ton étoile

Tagged , ,
Top