Tag Archives: saison

Mai, temps des cerises

cerisiersOn écrira qu’en mai de cette année là il y a eu des luttes, des doutes, des compromis, qu’on a dû faire ce qu’on attendait de nous, voter (pour-contre), s’abstenir (pour-contre), qu’on a dû choisir, non pas à contre cœur mais avec le cœur, en se gardant des calculs et des raisonnements hypothétiques, qu’on a regardé le spectacle orchestré d’un homme gravissant avec une assurance inversement proportionnelle à sa légitimité le podium présidentiel, qu’on n’a pas pu s’empêcher de voir dans la piètre mise en scène dudit spectacle un signe inquiétant de la mandature à venir : images plagiées, hymne lourdement interprété¹, lumière jaune saturée, symboles usés jusqu’à la lie, discours convenu et sans relief dans lequel le silence des absents explose (ne pas avoir l’ouïe trop fine), photo de famille idyllique qui ne dira rien de la part souffrante de la société…

Pendant ce temps, sur d’autres scènes se jouent d’autres histoires. Plus petites, plus complexes. Certes, elles ne forgent pas un discours national. Mais elles construisent les protagonistes de ce discours. Pendant que certains luttent pour le pouvoir, d’autres apprennent à le perdre. Ils apprennent à regarder, à écouter, à accepter, à se laisser toucher, à comprendre qu’une place n’est juste que si elle ne masque personne. Sur la scène d’un théâtre de toile, alors que les platanes centenaires bruissent dans le grand vent, on répète, pour que des mondes  s’écroulent et qu’adviennent ceux dont on rêve. On met en jeu son humanité. Ce don miraculeux qui émeut le public d’un petit théâtre et par là-même nous indique très clairement qu’un discours qui en est exempt n’est que supercherie.

« Imaginez, Ania : votre grand-père, votre arrière grand-père, tous vos ancêtres possédaient des esclaves, ils possédaient des âmes vivantes, et ne sentez-vous pas dans chaque fruit de votre cerisaie, dans chaque feuille, dans chaque tronc, des créatures humaines qui vous regardent, n’entendez-vous donc pas leurs voix ? … Posséder des âmes d’homme – mais cela vous a dégénérés, vous tous, vivants ou morts (…)

Anton Tchekhov, La cerisaie, traduction André Markowicz et Françoise Morvan, Actes Sud, Babel, 2002, p.65

Encore une valse. Jacques Mayoud, Jean-Pierre Yvert, Christofer Bjurström. Album « Nord Sud« , 2001

¹L’hymne à la joie de Beethoven, déjà utilisé le 21 mai 1981 par Mitterrand lors de sa marche au Panthéon. Notons qu’en 1981 l’hymne était interprété en direct par l’Orchestre de Paris, alors qu’en 2017 ne sera diffusé qu’un enregistrement non original, lourd et convenu qui plus est. Payer des musiciens, mais ma chère nous n’en sommes plus là!
http://next.liberation.fr/arts/2017/05/08/macron-choisit-l-hymne-a-la-joie-musique-de-toutes-les-recuperations_1568187

Tagged ,

Une fin d’été

dsc04216

Les souvenirs tournent autour du monde, ils ne peuvent s’empêcher de tourner, tandis que nous, pauvres humains, nous déboitons le cou à les suivre des yeux.  Nous garderons les meilleurs, nous l’avons promis. Car la fête aurait pu être belle si elle l’avait été pour tous. L’été rassemble et disperse à la fois. Que restera-t-il de ses heures suspendues ? Les vivants le seront sans doute encore, une fois l’équinoxe passée. Un peu changés, un peu ébranlés, chargés comme ils le seront de nouvelles photos souvenirs. Dans nos yeux passent des albums aux pages ouvertes. Ils racontent, ils omettent, ils colorent ou décolorent. L’été 2016 aura été comme ceci, ou plutôt comme cela. Nous aurons aimé, nous aurons pleuré, nous aurons cru, nous aurons maudit, puis nous serons finalement rentrés chez nous, comme si de rien n’était. Comme si ce rien ne gardait pas toutes nos traces en mémoire. Comme si chez nous ne nous attendait pas un château de souvenirs. Comme si les derniers en date n’avaient déjà pris place sur son rempart crénelé et ne nous observaient pas du coin de l’œil, prêts à nous assaillir à la première occasion. Nous bruissons et tintons de souvenirs, de vrais juke-boxes, ça oui ! Alors comment ne pas se rappeler ?

 Pourquoi tout retourne-t-il à la mer
Sans même le vouloir ?
C’est pour nous, mon amour.
Pourquoi tout s’en va-t-il un jour,
— Ce qui embrasait nos lèvres
Jusqu’à nous anéantir ?
Tout est fleuve qui s’écoule
Et ce qui meurt en nous
Renaît ailleurs, mon amour.

 João Monge. Paixões diagonais

Traduit du portugais par L. & L. https://jepleuresansraison.com/2016/07/19/jusqua-nous-aneantir/

Tagged , , ,

Passage doré

Reçu ce premier jour de janvier le privilège d’heures dorées comme du miel. Enchantement d’une journée d’hiver ensoleillée dans le sud de la France.
Présage.
Lire dans les rayons du soleil ce qu’on ne peut lire dans nos mains. C’est à dire tout, rien, et bien plus.

« On dit le ciel est bleu
Mais c’est moi qui le vois bleu
Le bleu est en moi
Autant qu’en lui
Et la lumière je suis lumière »

Henri Meschonnic, « L’obscur travaille », 2012

Lula Pena, Acte VII, extrait de l’album « Troubadour » (2010)

Tagged , , , ,

Fin d’été sous la pluie

merUn été tout en chaleur et rayons dorés, inespéré après des mois de grisaille glacée. Une trêve dans les affaires du monde. Comme pour nous signifier que notre fatigue était sans objet, que nous n’avons jamais eu froid, qu’aucune envie de nous nicher au creux d’un arbre pour n’en ressortir que sous forme d’humus n’a pu hanter notre esprit un temps donné.

La douceur est bien venue. Notre peau s’en est nourrie. La pluie d’aujourd’hui ferme une parenthèse. Au delà s’écrit le futur. Nous ne voulons pas partir en guerre, clament en chœur (ou presque) les nations. Le maître du monde est bien seul et trop tôt usé. Pour les hommes de bonne volonté pas de possibilité de victoire semble nous dire la rumeur.  Va-t-on la croire? Et retourner dans l’arbre?

……………..

« C’est ainsi que par un jour d’été les vagues se rassemblent, basculent, et retombent ; se rassemblent et retombent ; et le monde entier semble dire : « Et voilà tout », avec une force sans cesse accrue, jusqu’au moment où le cœur lui-même, lové dans le corps allongé au soleil sur la plage, finit par dire lui aussi : « Et voilà tout. » Ne crains plus, dit le cœur. Ne crains plus, dit le cœur, confiant son fardeau à quelque océan, qui soupire, prenant à son compte tous les chagrins du monde, et qui reprend son élan, rassemble, laisse retomber. Et seul le corps écoute l’abeille qui passe ; la vague qui se brise ; le chien qui aboie, au loin, qui aboie, aboie. »

Virginia Woolf. « Mrs Dalloway »

Franz Schubert – Piano Trio In E Flat, Op. 100

Tagged , , ,
Top