Tag Archives: HTV

Parce que les prisons

« Les prisons doivent accueillir les hommes seulement en passant, comme des hôtes. Il ne faut pas qu’elles deviennent pour les humains des demeures permanentes« . Yi-king, Hexagramme 56, « L’errant »

P1090980Si on parle du corps c’est pour se rappeler qu’on en a un, dit la femme.
Je te regarde et je ne pense rien. Je ne pense rien parce que je n’ai jamais su penser. Je pense que cette femme me demande de penser mais que rien ne me vient. Je sais bien qu’on a un corps, alors pourquoi en parler. Je ne voulais pas être mon père et je le suis devenu. J’ai pris sa place dans la lignée familiale, j’ai pris sa part d’héritage, j’ai pris sa place à côté de sa femme, ma mère. Je règne. Je règne et je ne suis pas heureux. Les prisons ne doivent pas être des demeures permanentes, mais elles le deviennent. Le corps comme les murs des maisons deviennent des prisons. On perd tout à ne pas vouloir être libre. On n’est pas libre parce qu’on attend une vie meilleure. On n’est pas libre parce qu’on n’a jamais été reconnu. On meurt de notre présomption. On meurt de notre orgueil à vouloir être vu. On meurt de ne pas accepter l’éther et la transparence.
Elle voulait un enfant et je n’en voulais pas. On meurt une fois, deux fois, dix fois dans les désirs avortés des corps inféconds. Parce qu’on aime une femme elle ne sera pas mère. On aime mal une femme qui voudrait être mère. Tant qu’on peut procréer on retient la vie. Voilà ce que raconte ton corps. Voilà ce que raconte le monde artificiel construit autour de toi. Voilà de quoi tu meurs à petit feu. Voilà ce que tu penses et ne peux dire.
« Je te rappelle qu’on a un corps ». Je regarde la femme qui me parle et je n’entends rien. La musique recouvre les paroles que je ne veux pas entendre. Je mets du silence et de la distance pour ne rien entendre. J’ai entendu quand même. Je sais construire des maisons. Je sais creuser un puits. Je sais m’occuper de ce qui me survivra. J’aurais su m’occuper d’un enfant. Je dois regretter ou partir. Mais ce n’est jamais la souffrance qui nous permet de savoir où aller. Entre les murs solides d’un jardin éternel on repousse les ténèbres. Le soleil de décembre prodigue ses caresses. Seule la terre nous nourrit pense-t-on.
J’ai eu un corps et je n’en ai rien fait. Faire l’amour comme on se perd, se perdre comme on se donne, mal et trop peu, jusqu’à redevenir fœtus craintif dormant dans les bras d’une femme qu’on ne console pas.
Elle rêvait d’un enfant et maintenant c’est trop tard. Elle me quitte, et il est maintenant trop tard pour la désirer. Je dois regretter ou partir. Regretter d’être resté là où s’est perdu mon père, partir là où il n’a pas su aller. J’ai un corps pour marcher. Un corps dépourvu d’enfant à tenir par la main. Mais un corps qui malgré tout parfois se rappelle, dans la musique ou dans l’alcool. J’ai entendu ce que tu m’as dit. Sur l’existence du corps. Mais tu ne parlais pas de moi, n’est-ce pas? Alors toi, toi et ton corps, de quoi vous rappelez-vous ?

HTV

Tagged ,

On m’a dit

P1100002On m’a dit,
On me dit, on me redit
Qu’il y a un trésor en moi
Alors je cherche
Je creuse, je fouille, je me retourne en rond
La tête à l’envers
J’explore, je fore
Je laisse des trous béants
Je ne trouve rien
Je recommence
Je suis une carrière à ciel ouvert

Un beau lac d’argile se forme
Mais je ne trouve toujours rien
Je lis des cartes
Je pars sur les antiques routes de la soie
Je vais en Iran
Je fais marche arrière
Les palais ne dévoilent rien
Shéhérazade se cache

Un trésor
Serait-ce de l’or
Des pierres précieuses
Un carnet d’adresse
Une carte postale ?
Je doute
Je ne vois pas de quoi il s’agit
Il n’y a peut être rien
Peut-être qu’on dit ça comme ça
Un trésor de rien
Le tout du rien
On me l’a déjà faite celle-là
Un trésor qui funambule
Un funambule pour les jours d’ennui
Et moi on me dit
De chercher en moi
Mais je ne fais que ça…

J’ai la peau à nu
Le corps sens dessus dessous
Je suis ouverte à tous les vents
Je me suis entièrement démontée mais trop mal remontée
Un fémur en guise de bras
La nuque de travers
Il me manque un doigt
C’est malin
Pas vraiment fière du résultat

Ouvre donc toi-même les portes
La première la deuxième la troisième
Et toutes les autres
Entre en moi
Un long corridor me traverse de part en part
Axe Nord-Sud en contrechamp
Il est plus de neuf portes dans mon corps
Elles donnent sur des espaces clos
Où poussent des fleurs bleues
Je n’en sais pas plus
Ce que tu trouves garde le
Les trésors comme leurs éclats
Je me brade de tout ce soir
Je donne au musicien qui passe
Est-ce toujours toi ?
Tu es un courant d’air et je suis ouverte à tous les vents

Te dis-je.

H.T.V

La révolution des fleurs sauvages. Composition et chant : Hélène Tallon-Vanerian; guitare : Patrick Villanti

Beautyfull stanger. Composition et chant : Hélène Tallon-Vanerian; guitare : Patrick Villanti

Le jardin de l’oiseau. Composition et chant : Hélène Tallon-Vanerian; guitare : Patrick Villanti

Tagged

Parfois

HTV/parfois/lalignedecoeur.fr

J’ai parfois un peu beaucoup, un peu toujours, un peu passionnément l’impression de ne pas donner assez, de ne pas te donner, de ne pas me, de ne pas nous donner assez

J’ai parfois un peu beaucoup, un peu toujours, un peu passionnément l’impression de ne pas donner assez
Assez de bien-être, assez de soleil, assez de soir d’été
Assez de nid pour les oiseaux, assez de couverture de survie, assez d’eau de pluie, assez de moi-même
Assez d’impatience, de matin d’hiver, de glace fondue, de parcours du combattant
Assez de chlorophylle, de grenouille verte, d’herbe à chat, d’air frais
Assez d’amertume, d’encre violette, de chansons désuètes
Assez d’outrecuidance, de solos de guitare, de pain dans la main
Assez d’ignorance, assez d’incendie.

J’ai parfois un peu beaucoup, un peu toujours, un peu passionnément envie de me taire, envie de partir, envie de pleurer
J’ai parfois assez d’envie, assez de vie, assez envie de vie pour t’écouter
J’ai parfois une grande idée en tête, une grande facilité à dire, une grande famille
J’ai souvent une longue route à parcourir
J’ai souvent assez des un peu, des beaucoup, des lagons trempés dans la lessive bleue, des lendemains qui ne savent pas, des lits figés
J’ai assez de parfois pour conduire ma voiture là où je veux
J’ai assez de beaucoup pour marcher sur la tête
J’ai assez dépassé de marcheurs sans passé
J’ai assez de passé pour rester sans bouger
J’ai beaucoup effacé le trop peu du passé
J’ai un peu l’impression que parfois on nous ment
J’ai parfois un peu à donner
J’ai parfois donné passionnément
J’ai donné te tu passionnément toi
Je toi beaucoup oh oui beaucoup
Jamais assez jamais trop peu
Beaucoup à jamais
Parfois te me toi nous
Parfois
Parfois je donne
Parfois je toi te donne
Parfois moi dans l’été
Parfois trois fois toi dans l’été
Et tant d’autres fois
Que pour toi
Passionnément je me tais.

Parfois. Hélène Tallon-Vanerian, 2019

Tagged

Puisqu’il faut…

P1090397Puis qu’il faut dire
Le jour, l’amour, le fer, la pierre
Et que
Je ne dis pas…

Puisqu’il faut créer
La maison, les enfants, les ponts suspendus, la fenêtre
Et que
Je ne crée pas…

Puisqu’il faut penser
A tout, à rien, à hier soir, à demain
Et que
Je ne pense pas…

Puisqu’il faut prier
Pour que tu sois là, pour la pluie sur le jardin, pour ma mère
Et que
Je ne prie pas…

Puisqu’il faut compter
Sur soi-même, sur les autres, sur les cinq doigts de la main
Et que
Je ne compte pas…

Puisque tout cela s’imprime sur une pellicule fine
Accrochée au balcon de ma terrasse
Et puisque tout cela danse autour de moi
Pourquoi faire plus ?

HTV

Au détour de ton amour. Hélène Tallon-Vanerian : composition et chant ; Patrick Villanti : guitare

La nuit en robe du soir. Hélène Tallon-Vanerian : composition et chant ; Patrick Villanti : guitare

Complainte du prisonnier. Hélène Tallon-Vanerian : composition et chant ; Patrick Villanti : guitare

Tagged

Infini bleu

Les Infinis bleus EOleJ’ai déjà parlé d’une ligne bleue
Pour dire que ton cœur
Ou quelque chose comme ça…
Mais rien à voir avec cet entrelacs
Sous le bleu affleure
La mer
Elle flotte à contre jour
Dans le moucharabieh
Quand le tableau se fige
Tout se fige
Il faut un appel pour casser l’immobilité
Se remettre à bouger
Trembler un peu, ou frissonner a minima
C’est pur plaisir et petite ivresse
Que ce moment là
Tituber gentiment
Quand le soir s’annonce
Çà ne durera que le temps nécessaire
A la contemplation
Ou un peu plus
Peut être

Des lignes et des signes
Il y en a tant
La feuille reflète le ciel
Le bleu reflète le blanc
Mais aussi
Le bleu m’émeut quand il se rassemble
J’avais dit un jour
– Le bleu /ton cœur…
Je boucle la boucle
Et j’aurais aimé ne pas revenir à ce point de départ
Ne pas démontrer
La non linéarité
De la ligne.

Hélène Tallon-Vanerian, d’après l’oeuvre d’eOle « les infinis bleus »
Juin 2018

Tagged

Après la nuit

P1090203On oublie
Que le point de départ
Se tient au fond de nous
Les mots traversent les âges
Comme le corps qu’on offre
A l’autre
Et qui raconte

Je ne donne pas tout
Je garde dans mes mains
Les histoires secrètes
Des voyageurs
Leurs poèmes
Qui flottent
Comme des rubans blancs
Dans le ciel

On peut songer au monde
Qui scintille
A l’étrange course de fond
Des oiseaux migrateurs
Aux paysages, aux mers
Aux champs verts
Aux arbres sculptés
Nous passons sur une terre de contraste
Saison du feu saison du froid
La rupture comme un état
Une ouverture vers autre chose

Arrivés sur le seuil
Nous survivons
Entre deux vides
Que nous comblons
De rêves et de chimères

Si nous savions aimer
Le vide ne nous effraierait pas
Et c’est assez de l’avoir dit
Pour s’endormir
Après la nuit.

HTV, décembre 2017

Tagged
Top